AREWHANA Gang

Le phénomène des gangs de rue s'amplifie à Montréal, touchant 10% des jeunes. En général, les programmes d'intervention communautaire se sont révélés plus efficaces dans les places où le problème des gangs était nouveau, tandis que les programmes de prévention et les programmes d'intervention dans les écoles étaient plus efficaces dans les endroit où le problème des gangs était chronique. Dans l'ensemble, les programmes de prévention précoce se sont révélés les plus prometteurs pour empêcher les jeunes de s'affilier à un gang. Toutefois, la majorité des interventions ciblant les gangs n'ont pas été évaluées et, pour énormément de celles qui l'ont été, les évaluations ne reposaient pas sur une base statistique solide.

De plus, l'intervention inspectrice (CUM) avec son unité spéciale (anti-gang), l'apparition du projet HÉRISSON ou encore du projet I.M.P.A.I.R.S ayant pour but de démanteler des cellules jamaïquaines bien implantées dans le milieu de la drogue dénotent l'existence d'une problématique. Nous verrons plus tard les liens unissant les gangs de rue et le trafic de stupéfiants. Les livres récents et les statistiques parlant de ce phénomène demeurent assez spécifiques: la littérature sur le sujet ayant été plus prolifique au début des années '60. Toutefois, ces dernières années, avec l'explosion des gangs de rue, on peut sentir l'intérêt renouvelé de certains experts à écrire sur le sujet.gangkast

Sensibiliser les jeunes à l'importance de s'associer à des pairs positifs et à résister aux pairs négatifs. Mettre l'accent sur les conséquences associées here à la violence et à la délinquance de préférence que sur la fréquentation des gangs de rue. L'EID cogne à la porte «d'un des top-10 des gangs de rue», avertit le sergent. Il doit vérifier s'il est bien à l'adresse mentionnée au juge. Il n'y est pas. La belle-mère de la conjointe répond. Derrière elle, la conjointe se pointe, frondeuse.gangnam style

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *